Généalogie de José CHAPALAIN


 

 

Retour Personnages de Douarnenez

 Yves Coulloc'h

 

Yves Coulloc’h (1847-1933) le plus vieux travailleur de France (72 ans dans la même usine) décoré de la légion d’honneur par le ministre du travail Dalimier  le 11 sept 1932 à Tréboul

 

Grand merci à Pierre Alain Nédéléc (arrière petit fils de Yves Coulloc'h) pour ses infos et documents ci-après

note de Pierre Le Bars - mon arrière grand-père - le petit fils de Yves Coulloc'h.

"Le grand-père Coulloc'h Yves (tonton Yvon comme on l'appelait) est né le 9 juin 1847 à Poullan dont dépendait Tréboul qui n'était à l'époque pas encore commune.
Sa mère Perrine Le Roux resta veuve avec deux enfants. Son mari était marin pêcheur perdu en mer. Grand-père n'avait que 3ans à l'époque et son frère ? qui fit un pharmacien et plus tard vint s'installer à Tréboul et son fils docteur en médecine à Lorient.
Grand-père Coulloc'h s'est marié en 1870 à l'age de 20ans à Catherine Peuziat décédée à 43 ans, après lui avoir donné 10 enfants dont 5 encore vivants.
En 1861, il entre comme soudeur à l'usine à l'age de 13ans et passe 72 années d'activité dans le même établissement Lemarchand Conserves alimentaire à Tréboul. En septembre 1932, il est décoré de la légion d'honneur par Dalimier, ministre du travail. Il décéde le 6 fevrier 1933 à l'age de 85 ans. Il était aussi titulaire des médailles vermeil, argent et or.
Comme contremaitre , je le remplace en 1929 jusqu'à la fermeture de l'usine en 1955. J'avais alors 34 années d'activité.
"

Cérémonie dans la cour de la mairie de Tréboul

 

"extrait du livre de René Pichavant intitulé Douarnenez de ma jeunesse. La page 24 est consacrée à la décoration de Yves Coulloc'h. Sur cette page se trouve une photo de famille ou apparait Yves Coulloc'h, Fernand Le Bars et Andrée Le Bars (fille de Yves Coulloc'h) qui sont les parents de mon arrière grand-père. Celui-ci est également présent avec sa femme Augustine ainsi que leur fille Marcelle qui est ma grand-mère.

Cependant il y a une erreur dans le texte, cette photo n'a pas été prise à l'hôtel Ty Mad mais à l'Hôtel du coteau de la mer au Sables-Blancs. C'est aujourd'hui le centre de vacances Maeva."


 

 

Extrait du journal de l'époque "le Quotidien"

 

 

            

 

photo achetée par moi-même sur internet

 

extrait mémoires de la ville de Douarnenez N° 26