Généalogie de José CHAPALAIN


 

 

Retour profession marin

                Le sauvetage en mer

           données et extraits du N°31 des Mémoires de la Ville de Douarnenez

                                               article de Yves Tanneau

 

" La station S.C.S.N de Douarnenez fut fondée en 1875

" En tentant d'arracher à l'océan ses proies, de nombreux sauveteurs payèrent de leur vie leur courage et leur dévouement. C'est ainsi qu'en un siècle, plus d'une soixantaine de patrons, sous-patrons ou canotiers des bateaux de sauvetage ont péris au cours des missions d'assistance.

"Dès 1868, à la fin du Second Empire, par une délibération en date du 17 mai, la municipalité mettait l'accent sur l'urgence, de plus en plus douloureuse, d'une station de sauvetage et d'ores et déjà, votait une somme de 500 francs "pour l'installation d'un moyen de sauvetage à Douarnenez"

" Hélas !, plusieurs années passeront encore, avant que voie le jour, au seuil de l'hiver 1875, cette primordiale réalisation humanitaire. Et comme pour mieux souligner son impérieuse nécessité, un véritable ouragan vint, dans la nuit du 8 au 10 novembre 1874, semer la panique à Douarnenez et dans la région.

"38 chaloupes de pêche furent jetées sur les rocher de Tréfeuntec et de Trezmalouen, et broyées comme fétus de paille, condamnant à la misère de nombreux foyers de marins.

"La longue patience des pêcheurs va trouver enfin sa récompense, grâce à la Société Centrale de sauvetage de Naufragés, fondées en 1865 par l'amiral Rigault de Genouilly

" Sorti des Chantiers Normand, au havre, spécialisé dans ce genre d'embarcation, ce premier et illustre canot avait fait le voyage de l'Exposition à Paris, où au Palais de l'Industrie, les visiteurs avaient admirés la robustesse et l'harmonie de ses lignes.

"Bâtiment à redressement, avec caisson à air en bois, d'une longueur de 9,78 m, pour une largeur de 2,24 m.

"Les directives de la Société Centrale de sauvetage de Naufragés prescrivaient de faire appel à des volontaires dévoués, des hommes de bonne volonté, aux bras vigoureux et bon rameurs

" Le 9 décembre suivant le Maire demanda à des pionniers intrépides de venir se faire inscrire, le lendemain matin, à la maison commune, au nombre de douze volontaires destinés à former l'équipage titulaire du bateau sauveteur. A la fin du jour, au lieu des douze hommes attendus, il s'en présenta 350 !

" Le dimanche suivant, 12 décembre, le Capitaine de vaisseau Roubet "inspecteur des canots de sauvetage" vient en personne à Douarnenez, afin de désigner parmi "tous ces marins bons rameurs", les vingt-quatre matelots appelés à composer les deux équipages, l'un titulaire, l'autre supplémentaire. Les marins devaient choisir eux-mêmes leur patron et sous-patron

" Les suffrages unanimes se rallièrent sur deux hommes solidement expérimentés des chose de la mer et déjà justement réputés à ce titre : Jacques le Du, marin pêcheur 37 ans, et François le Couic, 41 ans , maître de cabotage. les canotiers en titre, se nommaient : Herlé Bossennec, Ambroise Carnec, Auguste et François Féchant, Julien le Gall, Herlé Quinquis, Eugène Tournier, Victor Trocmé, Jean-Guillaume Le Doaré et Jean Trévidic   (en rouge présent dans ma généalogie)

" Le lundi 13 décembre 1875 était le jour fixé pour la bénédiction et l'inauguration du petit bâtiment

" Sorti de son abri provisoire de Rosmeur et placé sur un chariot, le canot Maréchale de Mac-Mahon fut tiré avec précaution par ses deux équipages : à travers les rues étroites et pittoresques du vieux port il fut conduit, par la descente très raide de Por-Rhu, près de la cale de l'Enfer.

" l'année suivant, sur le terre plein de Rosmeur, une maison -abri sera construite, aux frais des Pont-et-Chaussées

 

carte postale acheté par moi-même,

en fait il s'agit du bateau de sauvetage de Penmar'ch et non celui de Douarnenez

son nom "le Papa Poydenot"  

voir sur le site de Thierry Palud    

voir sur le site de bateaux-alain

- Article de journal sur le "Papa Poydenot"   le télégramme 

- Photos du "Papa Poydenot" à la fête des bateaux 2006 à Douarnenez  

 

                                      Le bateau de Sauvetage de Douarnenez un jour de régate

 carte postale de 1923 acheté par moi-même  

 

lancement canot de sauvetage   31/03/2011

 

Le Petit Journal  de 1903 "les médailles des sauveteurs"   

Le Petit Journal  de 1897 "Le sauveteur Le Du de Douarnenez"   

La SNSM a 40 ans   (article du Télagramme)   

                           données sur les 4 noms de base de ma généalogie

                           CHAPALAIN / LARVOR / COFFEC / BOGUEN

                       je recherche à partir des noms ci-après les parents

des canotiers des équipages sauveteurs de Douarnenez de 1875 à 1947

               pour faire le lien avec ma généalogie si cela est le cas

 

Les canotiers des équipages sauveteurs de Douarnenez de 1875 à 1947 sont en respectant l'ordre chronologique :

- Michel LARVOR en fait il pourait s'agir de Michel ARVOR ?

vu un compte rendu de sortie du bateau de sauvetage du 17/03/1911    

- François CHAPALAIN

- Jacques CHAPALAIN

- Raphael  CHAPALAIN

 

Les marins du salut : la SNSM

Les bateaux de la SNCM   sur le site de Philippe Malpertu