Généalogie de José CHAPALAIN


 

 

Retour recherches hors état civil

 

Notre ancêtre Anne Hieraer et La contribution Patriotique en 1790

 

A l'automne 1789, le principal problème qui se trouve maintenant posé à la Nation concerne l'effondrement des recettes fiscales. Cet effondrement est dû à un ensemble de causes économiques: prix des grains élevé, mécontentement et crise de confiance dans les manufactures, émigration des capitaux et ruine du commerce de luxe mais également aux révoltes fiscales. Les entrées fiscales sont en panne depuis juillet 1789, les barrières d'octroi ont été brûlées. Dans plusieurs régions la taille n'est toujours pas rentrée et les agents du fisc ne font pas preuve d'un grand zèle dans une époque aussi troublée.
En janvier 1790, les recettes seront de 15 millions par mois, les dépenses de 70 millions. Dés août 1789, dans l'impossibilité d'un emprunt à court terme, Necker s'était résigné à lancer un premier emprunt à long terme de 30 millions (9 août 1789) puis un second de 80 millions (27 août 1789) tous deux avaient échoué.
En octobre, le principe de la contribution patriotique, égale à un quart du revenu et ne touchant que les revenus supérieurs à 400 livres est adopté puis celui du don patriotique: les résultats sont nuls et ramènent tout juste 1 million de livres.

 

Compte tenu de ses biens connus à Douarnenez, Il est reproché à Anne Hieraer (sosa 80, veuve de Joseph Coffec sosa  81)  de ne pas avoir assez déclaré et pas assez payé en contribution patriotique

Après réponse de sa part et examen par le Directoire elle n'aura pas de redressement de sa contribution

 

 

Lettre de Anne Hieraer

 

Directoire séance du 4 novembre 1790

Source : Archive Départementale de Quimper ref 14 L 59