Généalogie de José CHAPALAIN


 

 

Retour cartes postales de Douarnenez

 

ex-voto à Notre Dame des Naufrages  

Douarnenez 14/08/1907 par Aline Lamy

 recherche du lieux ou a été prise la photo : église Saint Joseph (photo ci-après) à confirmer

 

Notre Dame des Naufragés  à la pointe du Raz

extrait du site

Notre Dame des Naufragés
Le chat
A la Pointe du Raz, elle est incontournable, tournant résolument le dos aux gens venant de la terre et offre son salut aux gens de mer. Haute et fière devant l'océan, comme pour conjurer les mauvais sorts du parfois cruel océan, Notre Dame des Naufragés veille sur les marins depuis cent ans.
Cette oeuvre du sculpteur Godebsky fut érigée en 1904 à la suite de la crise sardinière sur les plans du chanoine Abgrall qui était architecte. Godebsky, artiste de grand talent, a taillé cette œuvre monumentale de plus de 11 tonnes en souvenir de son fils mort au Tonkin.
Cette année, le dimanche 1° août 2004 sera chargé de symboles. Il y a très exactement cent ans, les jeunes en costumes de marins portaient des ex-voto, des bateaux de procession et maquettes de trois mats. Toutes de blanc vêtues dans leurs costumes de cérémonie, les femmes de la Pointe suivaient la cérémonie.
 
Image1
Lors de la bénédiction de la mer par monseigneur l'évêque, il était d'usage que les bateaux du quartier maritime d'Audierne jettent une couronne à la mer. A cet instant précis, les gardiens du phare de la Vieille faisaient mugir la corne de brume du phare.
Aujourd'hui, la Vielle est bien seule au milieu du Raz de Sein et n'a plus de gardiens. Les pêcheurs n'ont peut être plus la ferveur des Anciens mais la tradition, le respect des valeurs subsiste.
Vous êtes vous demandé un jour pourquoi les chapelles et les calvaires du Cap Sizun étaient si bien entretenu ? Et surtout par qui ?
Si ce patrimoine est entretenu avec ferveur, avec Amour dirais-je c'est par la volonté, la pugnacité de quelques farouches partisans du devoir de mémoire. Vous savez ce fameux devoir de mémoire dont on parle quelques fois par an lors de commémorations militaires !
Et bien figurez vous qu'il n'existe pas seulement pour des faits de guerre. Bien ancré dans le coeur de nombreux Capistes, ce devoir de mémoire subsiste au point d'accorder une grande partie de leur temps pour commémorer, comme il se doit et dans le respect, le Centenaire de Notre Dame des Naufragés à la Pointe du Raz. Ils le font d'ailleurs également pour entretenir le riche patrimoine culturel du Cap Sizun.
Une petite Association à pris ce centenaire à bras le corps, à bras le Coeur devrais je dire ! Attendez vous à une démonstration de ferveur, d'attachement à ces valeurs qui transforme un simple individu en un homme véritable.
Cette association, vous pouvez l’aider ou en devenir adhérent en contactant : Association du Patrimoine religieux de Plogoff chez le président monsieur louis Marchand 29770 Plogoff.
 
Histoires
N'oublions pas le site de la Pointe du Raz, qui organise pour l'occasion une exposition à la maison du site. Livres et photos anciennes feront revivrent le passé.
Un grand reportage photo gardera la mémoire de cet événement et votre présence à tous sera un vivant témoignage du respect que vous pourrez témoigner à Notre Dame des Naufragés, des marins qu'elle protége et de la grande Matrice Originelle, cet Océan qui vient briser sur le Début du Monde « Penn ar Bed ».
Mon veux le plus cher en ces temps chaotiques, en manque de repéres, est de voir la Pointe du Raz, « noire » de monde comme elle pouvait l'être il y a cent ans. A l’époque, c’est au moins 20.000 personnes qui se sont rassemblé à la Pointe du Raz pour l’inauguration de Notre Dame des Naufragés. .
.
Cette page « Grain de Sel » est volontairement beaucoup plus longue qu’a l’accoutumé. Voici donc brièvement l’historique de ce centenaire célébré le 1° dimanche d’août 2004.
- Le 31 décembre 1903, Monseigneur Dubillard, évêque de Quimper et de Léon, révèle que le sculpteur Godebsky lui a offert un groupe en marbre de Carrare représentant la Vierge aux naufragés. Il existe sur nos côtes bretonnes, une pointe bien connue des marins du monde entiers. Dominant de cent mètres une mer couverte d’écueils et de récifs, ces terribles passages sont connus sous le nom de Raz de Sein. C’est donc à la Pointe du Raz que sera érigée la Statue.
- Le 18 février 1904, il se rend à la Pointe du Raz, pour déterminer l’emplacement du monument. Il est accompagné du Chanoine Abgrall, architecte de son état et responsable des plans du piédestal. L’abbé Déniel, recteur de Plogoff lui présente Yves Kersaudy du village de Lescoff. Ce dernier offre le terrain, à 200 mètres en avant du sémaphore.
- En avril 1904, l’évêque obtient du vice – Amiral Mallarmé (préfet maritime) l’autorisation de faire ériger une statue à la vierge à condition qu’elle ne gène pas la vue du sémaphore.
- Le 24 mai 1904, le groupe parti de Carrare par le train arrive en gare de Quimper. Le transport jusqu'à la Pointe du Raz est effectué par 2 charrettes tirées par l’une par 6 chevaux et l’autre par 9 chevaux. Le marin naufragé pèse à lui seul 7 tonnes. Quant à la vierge à l’enfant Jésus, elle atteint le poids respectable de 4 tonnes !
- Le 19 juin 1904, la statue est mise en place sans incident.
- C’est le dimanche 3 juillet 1904 qu’a lieu l’inauguration de la statue. Dès l’aube, des pèlerins sont arrivés en calèche et en char à banc en provenance des diverses communes du Cap Sizun, de Douarnenez, du pays Bigoudin, et de partout ailleurs. C’est vers 9 h 30 que la procession se forme dans la cour de l’hôtel du Raz de Sein.
- A 10 h 00, le cortége se dirige vers le monument. La procession est escortée par une foule nombreuse : Chorale et musiciens, porteurs de croix, d’enseignes, bannières et ex-voto pavoisés.
- Vient ensuite le clergé : pas moins de 120 prêtres, 24 chanoines de Quimper, vicaires généraux, le chanoine Benoit du diocèse de Besançon, Mgr Fallières, évêque de Saint Brieux .
- Enfin les dignitaires : Mgr Dumong de Rosnay prélat du Pape et Mgr de Brobèque, proton aire apostolique. Mgr Rouard, évêque de Nantes et Mgr Dubillard évêque de Quimper et du Léon.
- Derrière le clergé, viennent ensuite l’Amiral de Cuverville Chef d'état Major général de la Marine, henri de la Villemoysan, sénateur d’Ille et Vilaine. Ils sont suivis par des gentilshommes portant les plus beaux noms.
- Des foules énormes arrivent des différents points d’Armor : Sein, Ouessant, Brest. Les agapes sont terminées et la cérémonie principale de la journée va commencer. Dans l’après midi, le cortége se reforme et se rend en procession jusqu’à la statue.
- C’est le cardinal Labouré, archevêque de Rennes, qui préside et va donner sa bénédiction. Les vêpres sont chantées durant la procession.
- Pour clore la fête, le barde Taldie, en costume de Carnoët a lu une ode de sa composition.
- On a évalué le nombre des pèlerins réunis à la Pointe du Raz en occasion à 20.000 !
- La vierge (le groupe) haut de six mètres, repose sur un piédestal de quatre mètres cinquante. La vierge, haute de trois mètres, domine tout le monument, tourne résolument le dos aux « terriens » et regarde vers l’île de Sein, la vaste mer d’Iroise et les navires qui y croisent.
- Sur sa face arrière, cette inscription : « Cette statue, œuvre et don du sculpteur Godebski, érigée par les soins de Mgr Dubillard et par la piété de ses chers diocésains, en l’honneur de la Patronne des Marins, à l’occasion du Jubilé de l’Immaculée Conception, et en témoignage de vive reconnaissance envers la charité catholique pour ses généreux secours pendant la crise sardinière de 1903, a été bénite et inaugurée solennellement par son éminence le cardinal Labouré, en présence de plusieurs évêques et d’un immense concours de prêtres et de fidèles le 3 juillet 1904. »
- Gageons que pour ce dimanche 1° août 2004 le plus grand nombre d’entre vous participe à ce centenaire et par cette présence, encourage « l’Association du Patrimoine religieux de Plogoff »
- Au risque de me répéter, vous qui admirez ces chapelles et calvaires breton, présents dans le cap Sizun, n’hésitez pas à adhérer à « l’Association du Patrimoine religieux de Plogoff chez le président monsieur louis Marchand 29770 Plogoff. »
- C’est par cette démarche que vous pourrez réellement devenir des acteurs de la sauvegarde du patrimoine du Cap Sizun.
- Vous êtes 1.200.000 à venir chaque année visiter la Pointe du Raz et son patrimoine, n’oubliez pas que tout au long de l’année, des bénévoles amoureux du Cap Sizun, oeuvrent dans la discrétion pour pouvoir vous offrir ce témoignage vivant que nous ont transmis nos ancêtres.
- Pour pouvoir continuer l’entretien de ces monuments, il faut des moyens si modestes soit ils. Vos dons sont importants, même modestes, ils contribuent à la sauvegarde de notre histoire, de Votre Histoire.