Généalogie de José CHAPALAIN


 

 

Retour Villes importantes de ma généalogie

 

Bulletin Société Archéologique du Finistère année 2005 

Douarnenez le Ris

 

Extrait du Bulletin de la Société Archéologique du Finistère de l’année 2005

Douarnenez, Le Ris

Extraits de l’Article de Jean Yves Eveillard

 

« La presse locale s’est faite l’écho de la découverte d’une statue en pierre d’époque romaine sur la plage du Ris à Douarnenez le 31 mars 2004….

La statue, à peine reconnaissable vue de dos, gisait face contre terre dans un lit de petits galets mélangés de sable, au pied de la microfalaise située au fond de la plage du Ris. C’est à quelques mètres de cet endroit qu’avait été découverte, en 1948, une base parallélépipédique destinée à supporter une statue, base gravée sur sa face antérieure d’une dédicace au dieu Neptune. Le personnage nu, de sexe masculin, ayant été identifié avec cette même divinité grâce  à la présence d’un petit dauphin qui est l’un de ses attributs habituels, c’est donc par un hasard extraordinaire qu’ont été rassemblés les deux composantes d’un même monument, fait unique pour la Bretagne et relativement rare pour l’ensemble du monde romain.

La statue qui a été découverte dans les limites du domaine maritime, est la propriété de l’Etat. Après désalinisation et consolidation de la pierre au laboratoire Arcantic de Nantes, elle sera mise en dépôt au musée départemental breton de Quimper, où elle sera exposée sur son socle d’origine…….

La statue trouvée au Ris est incomplète : il manque la tête et elle est brisée au niveau des mollets. La partie conservée mesure 0.59 m et le personnage entier devait atteindre environ 0.90 m. Elle a été façonnée dans un granite clair à grain fin, qui devra être expertisé par un géologue mais qui, selon les premières observations, pourrait être apparenté à celui qui était extrait de la carrière abandonnée du Mez  à Locronan (4.5 km à l’est du Ris). Pour être comprise, la statue doit être replacée dans deux contextes : celui de son environnement archéologique et celui de la statuaire en pierre d’époque romaine….

Citons dans un rayon ne dépassant pas 100 m :

1)      Sur la rive droite du ruisseau du Névet et en Kerlaz, quatre cuves à salaisons, des tuiles, moellons et pilettes  d’hypocauste signalant probablement des locaux annexes et des habitats. Sur la même rive fut fouillé en 1998un établissement thermal.

2)      Sur la rive gauche dudit ruisseau, lors de la construction d’une résidence appelée la Barre, plusieurs cuves à salaison, les ruines d’un habitat avec mosaïques. S’y ajoutent d’autres cuves à salaison sur la presque totalité du pourtour de la baie de Douarnenez et, à moins d’un kilomètre en direction de l’ouest, l’important complexe industriel des Plomarc’h…

Neptune est représenté ici d’une manière très classique et il ne manque pas de parallèle, tant dans la sculpture que dans les arts graphiques (mosaïque, peinture) de l’époque romaine. Il est nu, debout, en appui sur la jambe gauche tendue, le dos couvert d’un manteau qui apparaît de chaque côté du corps. Il tient contre sa hanche gauche un petit dauphin, encore reconnaissable malgré l’usure de la pierre, tandis que  le bras droit brisé à l’amorce de l’épaule devait s’appuyer sur un trident…

Les muscles (pectoraux, abdominaux) et les autres détails anatomiques (testicules) sont rendus avec justesse. Le galbe des jambes est d’un e beauté indéniable, bien que l’on constate une certaine massivité de toute la partie inférieure du corps, peut être voulue pour donner plus de solidité et une meilleure assise à l’œuvre….

Le Neptune du Ris confirme ainsi la présence à Douarnenez et dans son arrière-pays jusqu’à Quimper d’artistes sachant maîtriser la sculpture dur granit….  »